Feedback et Communication Non Violente

La Communication Non Violente, formalisée par Marshall Rosenberg dans les années 70, est un processus de communication dont l’objectif premier est d’interagir avec les autres en toute bienveillance, afin de les nourrir intellectuellement et de les inspirer à en faire autant. Il s’agit d’un outil puissant qui permet de dire beaucoup de choses, y compris négatives mais en respectant certains principes qui évitent de nuire à nos interlocuteurs. L’idée de non-violence ne signifie absolument pas une acceptation servile et soumise de toute chose mais au contraire un renforcement de nos propos, de l’expression de nos observations factuelles et de nos sentiments personnels qui, correctement formalisés, deviennent incontestables. Personnellement, j’en retiens quatre éléments clés que j’essaye d’inscrire au mieux dans mon quotidien :

Formaliser des observations sur des faits récents, qui viennent de survenir, sans jamais généraliser ou réduire. Ainsi, le vocabulaire absolu comme “toujours”, “souvent”, “à chaque fois”, “jamais”,… est banni.

Exprimer nos propres sentiments sans extrapoler ce que les autres pourraient ressentir. Et encore moins se servir de ces extrapolations pour expliquer nos sentiments. Le sentiment s’exprime de la manière la plus simple possible et toujours à la première personne : “content”, “heureux”, “triste”, “en colère” … attention aux expressions “se sentir abandonné” “avoir le sentiment d’être trahi”,… qui ne sont pas des sentiments mais plutôt des interprétations des actes d’autrui.

Comprendre que nos besoins sont intrinsèques, ne sont pas la conséquence des actes des autres et ne pas les en tenir pour responsables ou coupables. Au contraire, ce sont nos besoins qui sont la source de nos sentiments et ce lien doit apparaître dans notre communication pour éviter un transfert (c’est à dire l’attente de la satisfaction du besoin par l’autre). Nous sommes seuls responsables de la satisfaction de nos besoins.

Savoir demander en acceptant le refus. Les autres ne peuvent pas deviner nos besoins intrinsèques ni en quoi leurs actions frustrent potentiellement nos attentes. Demander explicitement est nécessaire à la prise de conscience de nos besoins. Mais cette demande implique un éventuel refus qui doit être accepté afin de construire une relation saine.

Assimiler et appliquer ces principes permet de garder le contrôle de son propre épanouissement en évitant de le projeter sur les autres dans une forme de perversion narcissique. C’est aussi globalement un moyen de faire des feedbacks constructifs à notre entourage.