L’équilibre qui permet de rendre le télétravail durable

De toute part des articles et études volontairement polémiques fleurissent sur le sujet du télétravail. Ils indiquent soit l’avènement généralisé du télétravail grâce à la crise du coronavirus, soit au contraire, avec la même causalité, la démonstration de son impossibilité et de sa complexité. Nous sommes quelques-uns, peut-être même plus nombreux qu’on ne le croit, à préconiser une solution équilibrée.

Cette vision consiste à mettre en place le télétravail à temps partiel, partout où c’est possible, pour tous ceux qui le souhaitent et qui le peuvent. Ceci en en remettant le collectif au cœur de la pratique du travail à distance. De cette manière, il est possible de développer à la fois la performance globale et la qualité de vie tout en transformant à moyen terme la culture managériale de l’entreprise.

Sortons des modèles absolutistes, le tout télétravail ou le zéro-télétravail, qui ne sont de toute façon pas souvent réalistes. En s’appuyant sur les éléments importants de la loi, notamment le volontariat et le dialogue social, et en accordant suffisament de permissions et de protections aux équipes pour qu’elles s’auto-organisent et s’améliorent en continu, chaque entreprise saura trouver la bonne voie, équilibrée, dans laquelle le télétravail, sans être une fin en soi, sera durable.